Culture-Nature

Vrais bonheurs et faux bonheurs ?

Peut-on distinguer entre vrais et faux bonheurs ? Sur la base de quels critères ?

Il est clair qu’on peut se sentir heureux dans une situation, alors que celle-ci implique des souffrances à venir. Il peut donc exister de faux bonheurs. Ils sont par nature d’autant plus pernicieux que l’on aura tendance à s’y complaire et à s’y attacher, ébloui par les apparences et les jouissances immédiates. La déception ou les séquelles seront d’autant plus douloureuses que l’on aura cultivé l’idée d’être heureux et que le temps de l’illusion se sera prolongé.

Prenons l’exemple d’un fin gastronome addicte des restaurants trois étoiles. Assis devant une table couverte d’une nappe soyeuse et de services de grand style, dégustant les préparations savantes d’un grand chef, il peut se sentir heureux. Un vrai moment de bonheur, qui illuminera sa journée d’un souvenir impérissable. De quoi recommencer chaque fois que son temps et son argent le lui permettent. Pourtant, sa félicité est minée par le simple fait que les aliments cuisinés, quel que soit l’art des maîtres queux, sont bourrés de molécules dénaturées. Ce sont même des molécules de Maillard particulièrement toxiques et cancérigènes qui donnent aux aliments leurs saveurs de grillé les plus fascinantes. Son bonheur du moment cache une pollution moléculaire qui, à long terme, conduira son organisme à toutes sortes de troubles : indigestions, grippes, cancers, infarctus, avec pour particularité qu’ils sont imprévisibles et le plus souvent imparables.

Un faux bonheur repose généralement sur une ignorance, ou pour le moins sur une occultation. C’est une loi générale, car si l’on est conscient du fait que les aspects favorables de l’instant sont porteurs d’un facteur pathogène quelconque, on ne peut pas véritablement se sentir heureux. Peur et bonheur vont difficilement de pair.

Un vrai bonheur ne peut se vivre que dans le respect des lois naturelles. Une loi naturelle est par définition une condition à respecter pour éviter la survenue de souffrances. Tout bonheur reposant sur la transgression de lois naturelles est donc un faux bonheur, vu qu’il recèle une promesse de souffrance.

Le problème se ramène en fin de compte à la connaissance des lois naturelles. Et, comme on ne peut jamais être assuré de les connaître toutes : à une attitude de recherche des lois naturelles que l’on pourrait transgresser sans le savoir. Conclusion du syllogisme : le vrai bonheur n’est possible que dans un état d’interrogation face aux infinis mystères de la vie.

De même, il n’est possible que dans une attitude d’honnêteté, car il ne suffira pas d’occulter une loi naturelle pour n’être pas soumis à son verdict. Pire : il suffira de l’occulter pour éprouver un sentiment d’angoisse ou de culpabilité. D’angoisse parce que l’on sait quelque part que cette loi naturelle nous prépare une souffrance, et de culpabilité si l’on est conscient d’appartenir à un grand tout dont l’on foule aux pieds certaines principes éternels.

La culture consiste à dépasser les lois naturelles afin d’échapper aux inconvénients de la vie naturelle. Elle procède de toute une série d’artifices et de certitudes, destinées à nous assurer la sécurité, le confort, la connaissance. C’est du moins le cas de notre culture prométhéenne : maîtriser la nature, la connaître dans tous ses recoins afin d’en retirer tous les avantages désirables, quitte à transgresser certaines de ses lois.

Une telle culture se trouve automatiquement minée par les transgressions qu’elle accumule. Elle se complique de cercles vicieux de plus en plus enchevêtrés dont elle devient vite prisonnière. L’invention de la première arme a sans doute provoqué le bonheur de ses utilisateurs. Elle leur garantissait la sécurité et la maîtrise du territoire. Puis d’autres s’en sont équipés à leur tour, jetant les bases d’une course aux armements aboutissant à la plus grande insécurité de tous les temps.

L’invention de l’agriculture a elle aussi produit de nombreux bonheurs : enfin la sécurité alimentaire ! Plus besoin de se déplacer pour aller chercher sa nourriture. Merci à Déméter de nous avoir donné la charrue, à Prométhée de nous avoir donné le feu ! Alors que ces innovations d’abord réjouissantes ont conduit à une servitude sans précédent des travaux de la terre, à une explosion démographique, à des problèmes politiques insolubles, à tous les maux de la sédentarité, à une dégradation de l’humus et des ressources, à une perte catastrophique de la biodiversité, aboutissants qui menacent aujourd’hui la biosphère et l’avenir même de l’humanité. Mais nous sommes en même temps dépendants des techniques qui nous ont promis la survie, devenues aujourd’hui menace de mort.

C’est en fait une loi générale qui veut que tout faux bonheur se double d’un cercle vicieux. L’artifice utilisé pour l’atteindre dépasse ou contourne une loi naturelle (sinon, il ne serait pas un artifice et le bonheur découlerait des lois naturelles), les apparents bienfaits obtenus deviennent une habitude, il serait donc désagréable d’y renoncer, ainsi s’installe une dépendance, alors que le contournement de la loi naturelle prépare par définition un dommage.

Si l’on y regarde de près, chacune des pièces détachées de la gigantesque machinerie que nous appelons notre civilisation constitue un cercle vicieux. On nous apprend à être fiers de tant d’inventions, alors que nous en sommes prisonniers. Cette évolution semble irréversible, elle nécessiterait de la part de ses victimes d’abord une prise de conscience des mécanismes qui sont en jeu, puis un effort de renoncement pratiquement insoutenable tant les habitudes sont fortes. Plus que des habitudes, il s’agit souvent de lois de la concurrence qui nous étranglent encore davantage dans ce nœud gordien.

Exemple : l’automobile. Quel bonheur de pouvoir se promener sur des distances fantastiques sans faire le moindre effort pédestre. Enfin la campagne et ses beautés sont à la disposition de tous. Gros avantages aussi sur le plan professionnel, déplacement agréable jusqu’au lieu de travail, transport simplifié, plus de crottes de cheval sur les routes. Automatiquement, les voitures se multiplient, avec toutes les conséquences que nous connaissons : les villes deviennent invivables, la pollution pourrit l’atmosphère, il faut partir toujours plus loin pour trouver de l’air respirable, mais renoncer à la voiture représente une perte d’efficacité, un affaiblissement par rapport aux concurrents. Le bonheur insouciant n’a duré qu’un siècle.

Un nouvel artifice nous promet le rachat de nos fautes, tout le monde s’emballe pour la voiture électrique, puis l’on s’aperçoit que le gain écologique n’est que partiel et sera vite dépassé par la généralisation de la nouveauté. Mais le bonheur de rouler est le plus fort, le renoncement d’autant plus impensable, ou réservé à de rares écolos considérés comme avant-gardistes ou névrotiques suivant la longueur des cheveux.

Voilà donc un triste constat : notre culture est une collection de faux bonheurs. Le contournement systématique des lois naturelles nous voue à une prochaine apocalypse. Et rien ne dit que la proximité d’une catastrophe écologique sache convaincre ses artisans de changer à temps leur modèle de vie. Qui veut donc perdre des avantages, que chacun a l’impression de devoir lâcher avant les autres vu que tous ne peuvent les lâcher en même temps…

Peut-être une petite solution dans un coin du ciel : redécouvrir les vrais bonheurs. Le bonheur de manger nature, le bonheur de marcher à pied, le bonheur de revoir les étoiles brillantes comme avant la pollution, le bonheur d’admirer une nature non dégradée par le béton et les antennes, le bonheur de se baigner dans une eau de rivière qui ne pue ni le marécage ni le chlore… Le bonheur aussi d’admirer les miracles sans égal du monde vivant, cette incroyable déclinaison de formes, de couleurs et d’astuces que nous a livrée l’évolution.

Et plus encore que ces bonheurs physiques, le bonheur métaphysique. Retrouver l’accès aux Essences, aux vérités éternelles, à un Au-delà qui semble nous échapper, à un Dieu qui réponde à nos appels et nos interrogations… Pour commencer, redécouvrir les lois naturelles de l’Amour, et des énergies transcendantes auxquelles celui-ci donne accès. Aux facultés métapsychiques, sans lesquelles la communication avec le Transcendant reste lettre morte...

Un sacré programme : refaire du vrai bonheur notre paradigme, cela veut dire redécouvrir les lois naturelles dans tous les domaines, du plus simple et plus matériel au plus subtil et mystérieux.

On commence quand ?

Vos questions me le diront…


 

A propos de l'auteur

Guy-Claude Burger

Guy-Claude Burger


Physicien, mathématicien, musicien, psychologue, chercheur, auteur, empêcheur de tourner en rond...

Commentaires

@

Ces articles peuvent vous intéresser

Que penser de "la nécessité du feu dans la médecine traditionnelle chinoise" ?

Un ami me pose la question : Que penser "de la nécessité du feu dans la médecine traditionnelle chinoise ?". Cela me renvoie à une question plus géné...

Lire la suite

Dihydrure de magnésium : ère nouvelle pour le renouvelable ?

Guy-Claude Burger, physicien dans l'âme, fait le point sur les avancées récentes en matière de stockage d'énergie et de transports non polluants. Une nouvelle...

Lire la suite

Une amibe mangeuse de cerveau a tué deux Américains…

Certaines amibes s'attaqueraient au cerveau de leur hôte... Ce scénario d'épouvante fait-il partie de la nature, ou est-il causé par des erreurs humaines ? Guy-Claud...

Lire la suite

Cigarette électronique : la panique !

Déjà 26 morts et 1299 malades aux Etats-Unis, c'est le bilan de l'e-cigarette annoncé par le Centers for Disease Control and Prevention le 3 octobre. Le rythme s'acc&e...

Lire la suite

Instinctothérapie : invention ou découverte ?

L'instinctothérapie est-elle une invention, ou une découverte ? Un physicien n'invente pas une loi. Il pose une hypothèse et tente de la vérifier (ou de l'infir...

Lire la suite

Dogmatisme, ou lois naturelles ?

Les lois naturelles de l'alimentation demandent à être respectées avec précision. S'agit-il là de dogmatisme, comme l'insinuent certains promoteurs de r&e...

Lire la suite

Du glyphosate dans votre pipi ?

Des citoyens veulent connaître le taux de concentration du glyphosate, la substance active du Round up, le plus célèbre des herbicides, dans leurs urines pour évaluer la men...

Lire la suite

Histoire d'amour entre Jérôme Bosch et Harry Potter ?

Une question de Françoise : Dans Harry Potter, on parle aussi de facultés « magiques ». Est-ce que vous voyez un rapport entre ce que nous enseigne Jérôme Bosch ...

Lire la suite

Qu’est-ce au juste que l’œdipe ?

Freud a nommé « complexe d’Œdipe » l’ensemble des pulsions sexuelles que le garçon éprouve pour sa mère, refoulées sous la menace ...

Lire la suite

Amour et sexe : trève de complications !

Guy-Claude Burger répond à quelques objections sur la métapsychanalyse. Il défend l'urgence de redécouvrir les lois naturelles de l'amour et de la sexualit&e...

Lire la suite

Métapsychanalyse : invention ou découverte ?

Faut-il considérer la métapsychanalyse comme une invention, c'est-à-dire une construction théorique arbitraire, ou comme la découverte d'un ensemble d&#...

Lire la suite